Le point de vue des villes africaines sur la mise en place de projets durables et pérennes

Face à des défis urbains de plus en plus complexes, les 11 villes africaines du réseau ASToN sont amenées à imaginer des solutions uniques et innovantes. Alors que les villes entrent dans une nouvelle phase de leurs projets ASToN, elles souhaitent mieux s’organiser et planifier les projets de manière à assurer la sécurité et la résilience à l’avenir. Il n’existe pas de solution miracle pour devenir résilient, ni de recette universelle permettant d’obtenir un résultat définitif. Il faut savoir renouveler constamment les stratégies pour répondre à des problèmes urbains qui évoluent rapidement. Devenir une ville plus durable et intelligente signifierait explorer le potentiel de gestion des demandes et de la prospérité d’une ville en conciliant des pratiques socialement inclusives, écologiquement saines et équitables.

Pour ASToN, la durabilité est un objectif à long terme qui permettrait aux équipes municipales de mener à bien la transformation numérique tout en se chargeant des difficultés et des défis sociaux, économiques et environnementaux. Cet article est issu de conversations avec des dirigeants municipaux qui se sont tenues pendant la semaine de la ville ASToN (The ASToN City Week). Il récapitule les idées formulées pour atteindre une meilleure durabilité.

Entamer un dialogue avec les citoyens pour des projets aux résultats durables

Bernard Binagwaho, l’expert ASToN dans l’engagement citoyen, insiste sur la nécessité de favoriser la participation du public et d’intégrer les problématiques sociales afin de maximiser les effets de la transformation numérique des projets ASToN dans les différentes villes. Selon Bernard, « quand une ville entreprend des transformations, quand elle veut numériser ses processus, elle le fait avant tout pour ses habitants ». L’établissement d’un dialogue avec les habitants et l’échange d’idées avec eux sur les processus de planification des projets pourraient contribuer à une organisation durable des projets. Augmenter le degré de pertinence des idées des projets auprès du public, obtenir son approbation et renforcer l’inclusivité peuvent minimiser le risque de désengagement des citoyens. Ce type d’implication peut, à terme, contribuer à soutenir les activités du projet.

Kigali, une des 11 villes du réseau ASToN, a développé une plateforme en ligne où les citoyens peuvent communiquer avec la municipalité et faire part de leurs préoccupations concernant leur ville. Les dirigeants de la ville ont ainsi la possibilité de prendre des décisions éclairées, fondées sur les besoins. Cette pratique est également un exemple d’outil numérique offrant aux citoyens une plateforme pour s’impliquer dans le développement urbain de leur ville. Par la suite, ces pratiques réduisent également le risque de désengagement des citoyens. Avant de démarrer des changements importants, « mettez en place des dispositifs qui vont vous permettre d’avoir ce dialogue avec le citoyen. Sinon c’est compliqué de faire aboutir les différents sujets que vous allez entreprendre.», déclare Bernard.

Pour aller plus loin dans la compréhension des besoins des citoyens dans le processus de transformation numérique, Kigali mène des enquêtes régulières pour comprendre l’évolution des attentes. Les citoyens peuvent ainsi donner leur avis, ce qui garantit leur adhésion. Bernard défend cette idée et déclare : « Je ne saurais trop insister sur l’importance d’établir un dialogue entre la ville et ses habitants. Il faut que le citoyen se sente écouté par la ville et que la ville puisse questionner les citoyens en amont d’une prise de décision ». En travaillant à partir des préoccupations réelles exprimées par les citoyens, l’équipe de Kigali produit des résultats pérennes qui répondent vraiment aux attentes de la population.

Utilisation et gestion des technologies pour répondre aux besoins des citoyens

Les projets locaux ASToN entendent développer des pratiques numériques durables, ainsi les équipes municipales utilisent la technologie pour répondre aux besoins des citoyens. En outre, ils cherchent également à planifier l’utilisation durable des informations et des technologies employées. L’objectif est de donner aux villes membres les moyens de mobiliser les infrastructures numériques qui peuvent bénéficier à la gestion urbaine locale.

Tout d’abord, les villes veulent se concentrer sur les projets auxquels les citoyens s’intéressent et dont ils ont réellement besoin. Lors de sa présentation, pendant la semaine de la ville ASToN 2021, Alice Higiro, directrice de programme pour le ministère rwandais des TIC, a souligné que « si l’on travaille sur des projets qui ne servent que les intérêts du gouvernement, ça coincera à un moment ou à un autre. Il faut savoir cerner les difficultés rencontrées par les citoyens et comment la technologie peut être utilisée pour y remédier ». C’est pourquoi les villes ASToN s’efforcent de développer des solutions vraiment adaptées à leurs besoins, acceptées par tous et donc pérennes.

Dans cette perspective, Nouakchott développe un système d’adressage numérique qui vise à permettre l’accès aux services d’urgence et qui peut fournir des services de livraison à la population. Ce système peut contribuer à la croissance des petites entreprises et aider les petits entrepreneurs à se développer. Avec cette vision de l’utilisation de la technologie au profit des citoyens, la ville maximise ses chances de recueillir le soutien du public afin de soutenir le projet à l’avenir. L’équipe de Benguerir souhaite également assurer la durabilité de son projet en établissant une relation avec les citoyens. « Il doit avoir un impact sur la vie des citoyens. Nous allons rendre le système de santé plus accessible aux citoyens. Je suis sûr que ce projet rassurera les citoyens et sera très bénéfique pour eux », a déclaré Lhoussine Haddouchane du groupe de Benguerir. En identifiant un problème auquel l’équipe devait s’attaquer lors de séances de réflexion avec tous les partenaires, y compris les citoyens, la ville de Benguerir a voulu savoir comment les citoyens avaient accueilli la plateforme, en garantissant ainsi la continuité du projet au-delà d’ASToN.

Deuxièmement, les villes ASToN s’interrogent également sur les bonnes pratiques permettant de pérenniser l’utilisation de cette technologie. La maintenance des bases de données, les compétences techniques nécessaires à la mise à jour de la technologie et la gestion de l’accès aux informations font partie de ce dialogue.

Les 11 projets locaux ASToN utilisent la technologie pour répondre aux problèmes des citoyens sur la base d’une analyse appropriée et d’informations détaillées. Grâce aux résultats des recherches préliminaires, aux enquêtes et aux plateformes numériques, les données existantes permettent aux villes ASToN d’étayer les décisions prises. Kumasi a pour objectif de devenir une ville où chaque décision prise pourrait être basée sur des données et des preuves. Les équipes locales créent une base de données qui les aidera à planifier et à budgétiser avec plus de précision les actions et les programmes futurs. Cet intérêt soutenu pour les données tient à leur capacité à mettre en évidence ce qui fonctionne ou pas dans la ville La collecte et l’analyse des données donnent aux équipes locales la possibilité de modifier les approches et de repenser les solutions. Kumasi travaille avec des experts pour faire progresser son système fiscal électronique. Cela permet de s’assurer que tous les partenaires impliqués comprennent parfaitement les aspects techniques du projet ASToN.

Créer un soutien politique pour poser les bases de projets durables

Ces aspects mettent en lumière un facteur clé pour assurer la durabilité du projet : le soutien politique. C’est un élément du projet qui doit être davantage priorisé par les équipes locales, car il nécessite des ressources importantes pour être réalisé.

Après avoir qualifié ce facteur de « durabilité politique », Ana Maria Alves, conseillère municipale de Matola, a partagé son expérience de planification stratégique au sein de la structure institutionnelle de la municipalité pour soutenir les projets. En fonction des résultats des élections locales, le conseil municipal de Matola est renouvelé tous les cinq ans. Compte tenu de cette période, Ana Maria a expliqué quels sont les « instruments » que l’équipe locale utilise pour assurer la continuité ou la durabilité de ses projets. Ces instruments garantissent que la vision et les priorités des projets ne changent pas avec un changement de gouvernance municipale. En développant des plans à long terme, à court terme, annuels et mensuels comme instruments, « nous sommes sûrs que la continuité ou la durabilité du projet est garantie au niveau des villes », explique Ana Maria.

Comme l’a déclaré Farid Salako, coordinateur local d’ASToN pour la ville de Sèmè-Podji, l’équipe de Sèmè-Podji partage ce point de vue : « pour que le projet perdure, même s’il y a des changements politiques, nous devons demander aux politiciens de réserver des lignes budgétaires pour le suivi de cette solution dans le budget de la commune ».

Les solutions conçues pour les villes peuvent être maintenues pour satisfaire leur objectif pendant longtemps, même en période de réaménagement politique. Comme le suggèrent les villes ASToN, cela passe par des mécanismes qui mettent la politique au service du développement, du suivi et de l’évaluation avec le soutien des décideurs et des politiciens.

Apprendre les uns des autres par le partage des connaissances

Les discussions entre les représentants de la ville donnent l’occasion de recueillir des commentaires, des conseils ou des suggestions, comme l’ont mentionné différents répondants. « Le fait d’avoir des exemples et de voir ce que font d’autres villes nous aide à élaborer une stratégie et une vision pour nous », a déclaré M. Omar. Cette vision est essentielle car elle crée une cohésion entre les partenaires et les équipes locales, et « tout le monde peut travailler vers les mêmes objectifs ».

À Kigali, les villes ASToN ont pu voir des exemples de ce qui a été fait et réalisé par la municipalité de Kigali. De nombreux représentants ont mentionné au cours de la réunion que le fait de voir de telles bonnes pratiques aide les autres villes ASToN à transmettre à leurs partenaires locaux des exemples qui pourraient inspirer et obtenir le soutien des dirigeants locaux lors de la mise en place de projets durables.

Ces moments d’échange sont aussi l’occasion d’apprendre ce qui n’a pas fonctionné pour certaines équipes et d’aider les autres à anticiper et à adapter leurs méthodes. Au cours de la semaine de la ville ASToN, alors que l’équipe de Kumasi faisait part de ses difficultés, les représentants de Kigali et de Matola réfléchissaient à la manière dont ils pourraient éviter des problèmes similaires.

Lorsque les 11 villes ASToN se réunissent, elles ont l’occasion de développer des stratégies efficaces pour des projets durables, mais aussi de les diffuser au sein du réseau et dans le monde entier.

Par durabilité, nous entendons des initiatives ayant un impact qui reste dans le temps

Une idée commune de durabilité a émergé lors de la semaine de la ville ASToN à Kigali, notamment à partir de l’évaluation des modèles de gestion de projets locaux des 11 villes : des projets durables qui donnent la priorité aux besoins locaux. Ces exemples soulignent les efforts des villes ASToN pour créer des projets durables tout en utilisant les infrastructures numériques pour améliorer les pratiques de gouvernance urbaine et la vie des citoyens. Pour ASToN, développer des pratiques qui aident les équipes locales à créer un impact durable sur les villes et leurs citoyens est l’essence même de la durabilité. Ces pratiques visent à intégrer des éléments de durabilité économique, sociale et environnementale dans les efforts des villes pour maximiser la durée de vie de leurs projets ASToN au-delà du changement des équipes, des gestionnaires et des gouvernements.

Cet article a été rédigé parSAAM stad* est une agence de conseil en développement urbain. Ses activités se situent au croisement de l’innovation et des enjeux économiques, sociétaux et durables. SAAM stad apporte son appui au réseau ASToN en recueillant et en publiant les témoignages et expériences extraordinaires de ses membres.

--

--

ASToN network brings 11 African cities together to develop digital practices in order to create sustainable & inclusive cities.

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
ASToN Network

ASToN Network

ASToN network brings 11 African cities together to develop digital practices in order to create sustainable & inclusive cities.