Croissance démographique et transitions numériques : Les conseils de 3 dirigeants de villes africaines à leurs maires

La planète a atteint 8 milliards d’habitants selon l’ONU à la mi-novembre de cette année. Depuis 2007, date à laquelle l’équilibre a basculé et la majorité de la population mondiale a commencé à vivre en milieu urbain, les villes sont les pôles démographiques à la croissance la plus rapide. Parmi elles, les villes africaines sont en tête de liste.

Lagos, au Nigeria, accueillerait environ 2 000 personnes par jour, qui viennent y chercher un emploi et des opportunités, et ne repartent que très rarement. On estime également que la taille de la ville va doubler entre 2015 et 2030. Mais comment cette croissance se combine-t-elle avec des infrastructures parfois insuffisantes, des conditions de vie peu sûres et saines ou une administration locale qui peine à offrir des services de qualité pour tous ?

Lors de Smart City Expo, à Barcelone en novembre dernier, nous avons discuté avec 3 dirigeants de villes, des praticiens expérimentés qui ont mené des projets numériques innovants sur leur territoire. La question principale que nous leur avons posée est la suivante : comment le numérique et la technologie peuvent-ils soutenir les maires dans leur quête de transformation de leurs villes, dans un contexte d’incertitudes accrues et de croissance démographique rapide ?

“N’ayez pas peur de l’inconnu, croyez en vos capacités à surmonter les défis. Tant que vous êtes un changemaker dans une ville, vous devez ouvrir votre chemin et créer de nouveaux cadres.” Aminata Lo, directrice de l’urbanisme et du développement, région de Nouakchott, Nouakchott, Mauritanie.

Il y a trois ans, Nouakchott a décidé de s’attaquer une fois pour toutes à l’épineux problème du système d’adressage de la ville. Plusieurs tentatives antérieures ont échoué parce que la ville se développait plus vite que l’administration ne pouvait la cartographier et l’enregistrer. Leurs premières pensées ont été : “ nous sommes une Région à part entière, nous devons avoir la capacité de gérer notre système d’adressage “, et ce ce sur quoi ils travaillent maintenant avec le soutien de l’Etat mauritanien.

Dans un premier temps, ils ont décidé d’utiliser les outils numériques, qui ne faisaient pas partie de la solution auparavant. “Aujourd’hui, à part le cadre normatif qui n’est pas encore clair à 100%, tous les défis que nous avions au début ont été relevés”, dit Aminata. Nouakchott a réussi à fédérer toutes les parties prenantes (entreprises, société civile, politiques) autour d’un thème commun, ce qu’elles n’avaient pas l’habitude de faire. Ensemble, ils ont pu s’attaquer au bon problème et trouver des solutions. Ensuite, le groupe a pu impulser un changement et travailler dans un nouveau cadre.

La solution technique a été testée dans un quartier et, après quelques ajustements, elle est prête à être mise à l’échelle.
La partie la plus difficile pour nous est le cadre juridique”, poursuit Aminata. Depuis 2018, avec la création de la Région de Nouakchott comme entité juridique en charge du développement urbain de la ville, il n’y a pas de texte de loi clair qui fixe le périmètre sur le système d’adressage. Il y a déjà un consensus au sein du Conseil soutenant la solution technique et le plan d’action développé par l’équipe d’Aminata et le travail avec le gouvernement national est en cours pour donner une voie claire à la Région pour mettre en œuvre le nouveau système d’adressage. Aminata est confiante. Comme elle le dit : “N’ayez pas peur de l’inconnu, croyez en vos capacités à surmonter les défis. Tant que vous êtes un faiseur de changement dans une ville, vous devez ouvrir votre chemin et créer de nouveaux cadres.”

“Utilisez les données dans vos processus décisionnels, si vous voulez que l’administration soit plus solide et plus transparente face à ses citoyens.”
Randolf Wilson, chef du département des transports, municipalité de Kumasi, Kumasi, Ghana.

En 2019, Kumasi a fait le choix de la durabilité. Au lieu de lancer un autre projet sur la mobilité, certainement nécessaire mais difficile à maintenir une fois le financement arrêté. Osei Assibey Antwi, alors maire de la ville, a décidé avec une équipe de cadres supérieurs de faire un geste audacieux. Ils ont choisi de travailler sur l’une des zones d’ombre de l’administration municipale — un domaine crucial et tout aussi complexe — le recouvrement des impôts. Leur question : comment rendre notre administration plus autonome dans la gestion de ses projets et plus responsable devant les citoyens ?

Avance rapide jusqu’à fin 2022, la ville a pu mettre à jour ses données concernant les entreprises et les logements privés dans l’un des cinq quartiers de la ville. Cela a conduit à une augmentation mensuelle régulière de 16% de la collecte des impôts par rapport à 2021. Toutes les données recueillies sur le terrain sont automatiquement transférées vers un centre de données central où elles sont utilisées par les différents services de la municipalité. “Faire des données le dénominateur commun entre les différents secteurs et domaines politiques nous permet, en tant qu’équipe, de mieux fonctionner et de prendre des décisions plus intelligentes pour notre ville à long terme”, ajoute Randy.

L’administration de Kumasi est divisée en cinq sous-divisions, l’une d’entre elles a été choisie pour la phase pilote pilote. Une fois le système testé, l’objectif est d’étendre le programme aux autres zones et aux autres axes également. Le plan d’action détaillant le déploiement a été voté par l’Assemblée générale. Randy est confiant quant au résultat. “Les solutions techniques vous donnent des données actualisées qui vous permettent de collecter plus de taxes et de rendre les projets plus durables.

“Considérez les défis comme des opportunités et communiquez avec vos citoyens. Le changement est difficile pour tout le monde, mais tant que vous écoutez les gens et tenez compte de leurs besoins, même les projets les plus ambitieux peuvent réussir.” Hamadou B Yalcouye, directeur général adjoint, Agence régionale de développement de Bamako, Bamako, Mali.

Comme Kumasi et de nombreuses autres collectivités locales dans le monde, Bamako a été confrontée au défi de faire plus avec moins et, pour le maire et son équipe, de tenir les promesses faites à leurs citoyens. En outre, de nombreux pays subsahariens n’ont délégué que certaines compétences clés au niveau local, comme la santé ou l’éducation. Très souvent, la transition numérique n’en fait pas partie. Mais comment fournir de meilleurs services, adaptés aux habitudes et aux besoins des usagers sans utiliser le numérique et la technologie ? La réponse d’Hamadou est simple : “Vous ne pouvez pas”. Il ajoute également, à propos de l’approche adoptée par Bamako : “Nous avons réalisé que nous ne pouvons travailler sur la numérisation que si elle est liée à la modernisation de notre administration. Ensuite, nous avons décidé de nous pencher sur le seul impôt qui est géré à 100% par la mairie. Ainsi, nous pouvions avoir une vision claire de ce que nous faisions et ajuster en temps réel.”

Bamako a d’abord créé un groupe d’action locale qui a donné une voix égale aux politiciens, aux citoyens et aux ONG, mais aussi aux entreprises privées et aux start-ups. Le premier défi pour ce groupe d’acteurs était de s’assurer qu’ils parlaient le même langage et se comprenaient les uns les autres. “Lorsque nous avons expliqué à nos partenaires privés notre besoin de moderniser la collecte de la “vignette” fiscale annuelle des deux-roues, ils ont trouvé une solution en une journée. C’était très bien, mais cela ne nous a rien apporté. Ce n’est que lorsque nous leur avons expliqué comment fonctionne notre système administratif, quelles sont les procédures internes et quel est le flux de collecte de la taxe, qu’ils ont pu proposer quelque chose qui correspondait aux besoins des citoyens et qui était fonctionnel pour nous.”

La plateforme web “Ikavignette” (qui signifie “votre vignette” en Bamabara) qui a été co-conçue à travers ce processus, permet aujourd’hui aux citoyens de payer en ligne leurs impôts en utilisant des solutions mobiles et augmente également les ressources financières de la municipalité (3M€ avant la taxe, aujourd’hui des estimations de 9M€), permettant aux politiciens et aux fonctionnaires d’avoir une vue claire sur leurs prévisions budgétaires et de suivre l’évolution au cours de l’année fiscale. Elle apporte également plus de transparence entre les politiciens et les citoyens, qui voient combien ils ont contribué et comment l’argent sera utilisé par la suite. Revenant sur l’ensemble du parcours, Hamadou ajoute : “Au début de notre projet, les citoyens se sentaient attaqués par notre travail. Maintenant, tout le monde l’apprécie. Tout au long du processus, nous avons dû nous arrêter plusieurs fois pour nous assurer que leurs besoins et leurs idées étaient entendus et intégrés dans la solution. Il était crucial pour nous de penser de leur point de vue avant de passer directement à l’exécution.

Ces trois projets ont en commun une approche non linéaire de la conception des services, en travaillant avec les citoyens comme avec les parties prenantes privées, en recourant à des expérimentations à petite échelle et à des itérations fréquentes pour mettre en place les services qui répondent le mieux aux besoins des utilisateurs. Dans des situations de croissance démographique rapide, conjuguée à la rareté des ressources, des approches telles que celles décrites ci-dessus montrent que les dirigeants municipaux peuvent avoir une longueur d’avance et innover dans un environnement en mutation rapide.

Nouakchott, Bamako et Kumasi font partie d’ASToN, un réseau de 11 villes africaines qui utilisent les outils numériques pour relever les défis locaux et mondiaux. Grâce à l’échange et à l’apprentissage entre pairs, à l’engagement des parties prenantes locales et à une approche axée sur les résultats, ces villes font de leurs territoires des lieux de vie et de travail plus durables et inclusifs.

Pour en savoir plus sur ASToN, rendez-nous visite.

--

--

ASToN network brings 11 African cities together to develop digital practices in order to create sustainable & inclusive cities.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
ASToN Network

ASToN network brings 11 African cities together to develop digital practices in order to create sustainable & inclusive cities.